En tête à tête avec ma prof

Quand je dis « ma prof », c’est pas vraiment que la mienne bien sûr, et c’est pas non plus vraiment la seule que j’ai. Ici, j’ai cinq profs réguliers différents, et c’est très bien comme ça, la diversité. Mais c’est affectif. Car oui, vraiment, « ma prof » je l’apprécie beaucoup, et c’est d’ailleurs pour ça que je lui ai proposé cet échange.

Dès mon premier jour à l’ashram, j’ai suivi les cours de yoga quotidiens. Je me souviens encore de mon tout premier cours, dans cette belle et grande salle aux énergies positives. Je me suis retrouvée là, avec un seul autre élève, et cette prof, haute en couleurs, qui m’accueille de son rire chaleureux. Premier défi pour moi : réussir à suivre un cours tout en anglais… avec ce fameux accent australien. Ce premier cours avec cette dame a été pour moi une révélation, que de choses apprises en 1h30 avec elle ! Depuis, j’ai suivi tous ses cours, sans exception. Qui est elle ? Réponse en questions :

Dee, si tu devais te présenter en quelques mots, lesquels choisirais tu ?

(RIRES). Oula tu attaques fort ! Me décrire ? Ok alors faisons simple : je suis une maman, prof de yoga, manager, artiste peintre et chanteuse. Je suis une femme complètement libérée, bien dans mon corps, bien dans ma tête, née en 1962, j’ai  deux enfants, une fille et un garçon, qui ont respectivement 23 et 27 ans.

Dee, professeur de yoga australienne

Quand as tu découvert le yoga, et comment ?

J’ai commencé lorsque j’avais 8 ans, avec ma mère. Elle était professeur de yoga, et j’aimais partager ces moments avec elle. J’aimais l’odeur des bougies qu’elle allumait pour pratiquer, j’aimais les noms d’animaux donnés aux postures. Elle m’a appris énormément. En grandissant, le yoga a toujours fait partie de ma vie. Pas à chaque minute, mais lors des grandes étapes : à mon adolescence, lors de ma grossesse, quand je me blessais, quand je chantais sur scène, et dernièrement lors de mon divorce.

J’ai déménagé sur Sydney en 2002, et j’ai eu envie de suivre la formation de professeur, avant tout pour moi même. En me renseignant, je me suis rendue ici, à l’ashram de Swami SARASVATI. Et, sans le savoir, c’était avec cette même dame que ma mère avait suivi sa formation de professeur, 40 ans plus tôt, à Adélaïde. Incroyable coïncidence, qui a fini de me convaincre qu’il fallait que j’aille au bout de mon envie.

Comment pratique tu le yoga personnellement ? 

Je ne suis pas le genre de personne qui va se lever le matin et faire une heure de yoga avant de commencer sa journée (sourire, car elle sait que c’est comme ça que je fonctionne …)

Ma pratique, elle se dilue tout au long de la journée, de la semaine, du mois, de l’année. Je fais ce que j’ai besoin de faire, quand j’ai besoin de le faire. Je ne me force jamais, mais en revanche je m’écoute énormément. Je suis très réfléchie.

Je me lève un matin, je sens que j’ai besoin de méditer, je prends le temps, et je médite. Au travail (je suis manager), si une situation m’échappe, je prends du recul, immédiatement, je me recentre, je puise une énergie en moi que le yoga m’apporte. Je relativise toujours énormément. Chaque étape est un cadeau pour mieux se connaître soi même.

Si je sens qu’à un moment donné je dois changer de point de vue, réfléchir, je fais une posture d’inversion. Le soir, quand je rentre, je scanne mon corps par l’esprit. Si je sens des tensions, je prends le temps de les libérer. Je pratique énormément l’auto massage, la réfléxologie.

le yoga permet de prendre du recul

Dans nos quotidiens, à tous, nous devons traverser tellement de choses, d’évènements, d’imprévus, qu’en étant à l’écoute de soi, de son âme, de son corps , on se protège, et on tente de rester le plus équilibré possible. Le yoga permet de prendre du recul, et, pour moi par exemple, ça me permet d’anticiper les situations problématiques. Je sens arriver « l’accident », qui me ferait stresser, m’énerver, ou tout autre sentiment inconfortable. Du coup, en voyant cet accident qui se profile, je mets en place un certain nombre de choses me permettant de réajuster juste avant le choc, ou du moins, d’amortir ma chute.

Aussi, le yoga m’a appris à ne plus subir les situations. Facile à dire n’est-ce pas ? Mais en pratique, ce n’est pas si compliqué. En fait, lorsque je suis confrontée à une situation complexe, douloureuse, malheureuse, stressante, inquiétante, je ne me place plus en victime de cette situation mais en pilote. Je décide de choisir cette situation, comme quelque chose qui m’aidera à en sortir grandi, différente, plus forte. En me disant « ok je choisis cette situation, je l’attrape, je vais jusqu’au bout du problème », on a une toute autre vision des choses. On se sent tout d’un coup très fort dans un moment où l’on aurait été habituellement très faible. Et avec cette force, on traverse tout, plus rien ne nous arrête.

Que préfère tu enseigner, transmettre ?

Tous mes cours commencent par les mêmes questions, que j’adresse individuellement à chacun de mes élèves : comment te sens tu ? As tu des douleurs quelque part ? Des tensions ? Te sens tu stressé ? Y-a-t-il des choses en particulier que tu aimerais aborder aujourd’hui. Cela me permet de faire un check up des personnes assises en face de moi, et de ne pas partir dans une direction qui ne leur conviendrait pas.

J’aime l’idée de construire mon cours autour de toutes les contraintes que j’ai relevé durant ces quelques questions. C’est tellement intéressant, d’arriver à combiner les postures, les unes après les autres, pour aller vers un intérêt commun.

source motivation yoga

J’ai envie de donner à mes élèves les clés pour qu’ils puissent savoir, une fois seuls, ce qui est bon pour eux dans tel ou tel moment. Je veux leur donner le pouvoir d’influencer leur corps, directement, de se sentir pleinement connecté avec lui., mais aussi connecté à leur spiritualité, à leur âme.

Ce que tu aimes le moins dans le métier de professeur ?

Dans le métier de professeur, on est amené à fréquenter de nombreux cours, expérimenter de nombreux styles de yoga ou encore des retraites. Je ne sais pas si tous les profs le font, mais moi oui, ça me permet de découvrir toujours de nouvelles choses.

Il y a plusieurs années, je me suis rendue à un stage, où nous étions vraiment nombreux dans la salle. Durant le cours, une des élèves s’est blessée. Elle est allée trop loin dans une posture, et s’est fait, visiblement, un gros claquage. Gênée, presque honteuse, elle a pris son tapis et est allée, en boitant, se mettre tout au fond de la salle. Le prof n’a rien remarqué. Rien, ni le fait que son élève soit allée trop loin dans la posture, ni qu’elle se soit blessée, ni même qu’elle ait changé de place.

Mais bon dieu petit gars, pourquoi tu donnes des cours de yoga ?? pour montrer à quel point t’es bon ? pour montrer ce que tu sais faire au monde ?? et tu ne vois même pas ce qui se passe sur le corps de tes élèves ? juste là, sous tes yeux ?? Ça m’a mis hors de moi.

Voilà, c’est ça que je n’aime pas dans le métier de professeur de yoga. C’est ceux qui ne prennent pas soin de leurs élèves, qui n’ont pas conscience des gens qu’ils ont en face d’eux, qui font un show, qui demande de reproduire des postures qu’eux seuls savent faire. Ceux qui ne disent pas aux gens de prendre le temps de s’écouter, de prendre le temps d’ajuster les postures comme bon leur semble. Ceux qui confondent yoga et fitness.

A la salle de sport (et c’est pour ça que je déteste ça d’ailleurs), lors d’un cours collectif, il faut ABSOLUMENT suivre les enchainements faits par la prof. Sinon on est montré du doigt, sinon c’est qu’il faut qu’on s’entraine encore plus dur, encore plus fort.

Mais le corps ne fonctionne pas comme ça. Nous sommes nos propres pilotes, nous devons être présent à l’intérieur de lui, en pleine conscience, à 100%. Avant d’écouter qui que ce soit, on doit s’écouter soi même.

intérêt yoga

Quel est l’intérêt de mettre son pied derrière la tête ? (RIRE) Non mais sérieusement je te pose la question Camille, quel est l’intérêt ? Aucun, il n’y en a aucun, dans la figure en elle même. Mais toute la pratique qui amène à ce résultat, tout le chemin que l’on parcourt, tout ce que l’on apprend de son corps durant les séances, ça, c’est intéressant.

Une fois je me suis blessée en pratiquant le yoga. Une fois, et une seule, et ça m’a servi de leçon pour le reste de ma vie. Mon esprit était trop occupé à enseigner, à transmettre, du coup je n’étais même plus concentrée sur ce que mon corps était en train de faire. Voilà, manque d’écoute, quelques secondes à peine, et claquage. Je n’ai même pas senti que mon esprit n’était plus connecté. Ça m’a pris des semaines avant de pouvoir marcher normalement. Ça fait réfléchir.

Quels sont tes autres domaines de compétence, les autres formations que tu as faites ?

 J’ai commencé par faire des études de scène. Théâtre, chant, danse, ça m’a toujours passionnée. Tout comme l’art d’une manière générale. La partie théâtrale et les jeux d’acteurs m’ont permis de commencer à mieux connaître l’humain, sa sensibilité, son comportement. J’ai chanté dans des groupes, écrit des chansons. J’en écris toujours aujourd’hui d’ailleurs, tout comme je peins énormément.

Naturellement, en baignant dans le yoga depuis toute petite, je me suis intéressée petit à petit aux massages, à la réflexologie et à l’ayurveda. J’ai fait des formations dans chaque domaine, au fil des années, afin de me permettre d’avoir des connaissances profondes pour chacun de ces sujets passionnants.

J’ai par la suite (quelques années plus tard) fait un master en sciences anthropologiques. Encore une fois ça tournait autour des gens, ce qu’ils font, comment, pourquoi, tout ça me fascine.

Mais ce qui m’apporte le plus grand épanouissement, le plus grand sentiment d’accomplissement, c’est la formation de professeur de yoga, qui me permet d’aller au contact des gens et d’échanger avec eux sur l’ensemble de ces sujets.

As tu un objet porte bonheur, un gri gri ?

(Longue réflexion). Oui. Enfin non… En fait si.

Je sais pas, j’essaye d’imaginer si ma maison brûle, y’a t il quelque chose que j’essaye de sauver. La réponse est oui, mais il ne s’agit pas d’un seul objet. J’essayerai de récupérer le bougeoir que j’ai sur ma table de nuit, sur lequel sont suspendus tous mes bijoux. Ce ne sont pas de grands bijoux de valeurs, mais ils ont tous une place particulière dans mon cœur, une valeur affective. Ils sont tous faits à la main, avec des pierres semi précieuses (pierre de lune, œil de tigre, agate, ambre…), et ils ont donc tous une signification bien précise pour moi.

J’ai aussi un petit meuble qui s’ouvre en 3 parties, comme un petit cabinet, dans lequel j’ai mis une statue de déesse indienne. Ce cabinet c’est un peu mon espace de méditation. Je ne l’ouvre que lorsque je veux méditer. J’allume une bougie, je m’assois, et c’est parti.

Si tu devais résumer le yoga en une seule phrase :

Alors je te le dis tout de suite, je n’arriverai pas à faire une seule phrase, tu vois bien comme j’aime parler !

Donc je dirai que le yoga, c’est trouver sa force intérieure, son équilibre mental et son équilibre physique. C’est être en union avec soi, et avec tout.

C’est devenir suffisamment fort pour être vraiment soi, en intégralité, et être libre autant que l’on peut.

Le yoga permet d’avoir des outils pour créer quelque chose d’incroyable pour soi même, et pour tous les gens que l’on aime autour.

Sortons donc du sentier battu et donnons nous les moyens que toutes ces belles choses arrivent, laissons leur la place d’exister.

Dee et Graine de Karma

Dee m’a transmis à la fois sa passion pour le yoga, qui n’attendait que de germer, mais aussi sa passion pour l’humain tout entier. Grâce à son approche du yoga, son accessibilité, sa douceur, je me suis à chaque fois plongée à 200% avec elle dans son univers.

Il ne me reste plus qu’une poignée de cours à suivre avec elle, dont je vais profiter au maximum, avant mon départ de l’ashram, . Des rencontres telles que celle ci, ce n’est pas à tous les coins de rues. Elle restera à l’origine de bons nombres de changements dans ma perception de la pratique du yoga, dans mes routines quotidiennes mais surtout dans l’attention que je donne à mon corps.

J’espère, si ce n’est pas déjà le cas, que des personnes comme Dee croiseront votre chemin, pour faire naitre chez vous cette envie d’avancer, de juste profiter de la beauté de la vie, en toute simplicité.

2 réflexions sur “En tête à tête avec ma prof

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s