La vie dans un ashram, à l’autre bout du monde

« Regardez le raisin dans votre bol. Pensez au voyage que ce raisin a fait avant d’arriver là. Pensez à toute l’énergie qu’il dégage, et à toute l’énergie qu’il a puisé au coeur de la Terre, tout le soleil qu’il a reçu, pour pousser, pour devenir ce beau fruit que vous avez là devant vous aujourd’hui ».

Voilà, ça a commencé comme ça. C’était il y a plusieurs semaines, dans la salle à manger. Un homme, grand, d’origine vraisemblablement indienne, nous demandait, à moi et une dizaine d’autres personnes, de porter notre attention sur ce petit grain de raisin.

« Fermez vos yeux, et prenez le grain entre votre index et votre pouce, pour une minute. »

Wow, une minute ? genre une minute toute entière ? Discrètement, j’ouvre mes yeux pour voir si tout le monde fait la même chose. Ok, ils ont tous les yeux fermés, et l’air étrangement concentré sur cette petite bille.

« Placer le raisin sur le bout de votre langue. Laissez le ainsi pour quelques secondes, puis mangez en un petit bout. Vous sentez sa douceur ? »

Oups, je l’ai avalé d’un coup. Ok, fin de la méditation du grain de raisin pour moi, pour sentir sa douceur on repassera. Je retenterai l’expérience plus tard, ça m’a plu.

La question c’est, comment on arrive là ? Rapide rétrospective des derniers mois :

L’année dernière, j’ai décidé de tout quitter en France, pour partir découvrir ce magnifique pays qu’est l’Australie. J’étais pourtant bien au chaud avec un CDI, ma moitié, en CDI aussi, proprios d’un appart, avec comme tout le monde mes petites habitudes. Le samedi matin petit déjeuné au salon de thé, le plaisir en amoureux de la semaine. Les weekends, bien souvent avec les ami(e)s, toujours un truc à faire. Et puis la semaine, rythmée entre nos horaires respectifs de boulot, les courses, le ménage, et nos loisirs. Yoga pour moi, rugby pour lui. Mais quelque chose me manquait. Ou plutôt NOUS manquait. Au fil d’une banale discussion (celle qui aura tout changé), on réalise qu’on a des fourmis dans les jambes, et que l’on aimerait bouger.

Et finalement, tout plaquer est bien plus simple que l’on ne se l’imagine. En moins de 6 mois l’appartement était vendu, les voitures aussi, tous les meubles ont trouvé un nouveau proprio (merci leboncoin), et nos employeurs respectifs apprenaient qu’ils devraient se passer de nous (personne n’étant irremplaçable, cette annonce n’aura été sans doute qu’une formalité dans leurs emplois du temps hebdomadaires).

On a dans un premier temps découvert les paysages incroyables de ce pays, en voyageant du Nord au Sud, par la côte Est, en découvrant les grandes villes, Cairns, Brisbane, Sydney, Melbourne, et puis on s’est posés, dans un petit havre de tranquillité.

Voilà donc comment on en est arrivés là. A 55 minutes du centre de Sydney, nous sommes depuis plusieurs semaines maintenant au centre de retraite yogique de Swami Sarasvati.

C’est cette dame qui, la première ou presque, dans les années 1960, amena le yoga en Australie.Née en Inde, elle participa pleinement au développement de cette discipline au pays des kangourous (cliché bonjour). Au delà du centre de retraite ouvert dans les années 80, elle participait à une émission matinale dans les années 60-70 (du yoga à la télé à cette époque, grande révolution) , publié plusieurs livres (yoga pour les débutants, les confirmés, ainsi que sur la diététique), des VHS (par la suite transformées en DVD), et créa également une ligne de cosmétiques (produits non testés sur les animaux, à base d’avocat, concombre, aloe vera etc.), qui se vend aujourd’hui encore via internet.

Swami produits

Swami est aujourd’hui une dame de plus de 80 ans, et sa tête lui joue des tours. Alzheimer ne prévient malheureusement jamais, et c’est ainsi que Sanjay, son fils, a du prendre la relève sur le gestion du centre. C’est lui qui a fait la méditation du grain de raisin, le soir de notre arrivée.

Vivent ici l’oncle (le frère de Swami) et la tante de Sanjay, Swami elle même, Rob (un ami de la famille, vivant en Inde 6 mois par an), Benni (un cousin), et un groupe de 6 à 8 personnes comme nous, venant des quatre coins du monde, vivant dans cet ashram en échange de quelques heures d’entretien chaque jour.

Nous faisons donc partie intégrante du quotidien de cet endroit, en préparant les chambres pour les invités par exemple (qui peuvent venir pour une retraite du vendredi au dimanche, ou pour des séjours plus long d’une semaine par exemple), en aidant le chef à préparer les repas, en prenant soin des extérieurs, de la piscine (c’est dur !) ou encore, ma partie favorite, en entretenant le potager 🙂

jardins

Je suis particulièrement reconnaissante auprès de Sanjay, de m’offrir cette incroyable opportunité, de vivre là, avec eux, dans cet endroit formidable.

Il règne ici une ambiance familiale d’une force inouïe, où tout le monde prend soin de tout le monde, où chacun a toujours un mot gentil pour l’autre, et où la colère et l’agressivité sont totalement inexistantes. Quel bien cela fait de vivre dans pareil endroit !

Chaque jour je participe à tous les cours que je souhaite, du yoga « classique » bien sur, mais aussi de la danse hawaïenne, du yoga du rire, des cours « d’ancrage » (promis je ferai un article sur cette approche, passionnante), des séminaires (tel que le « Heal your life » workshop de Louise Hay, que nous avons eu l’honneur d’accueillir le weekend dernier. Chez nous l’œuvre principale de cette auteure s’appelle « Transformez votre vie », nous aurons l’occasion d’en reparler prochainement, il s’agit d’un de mes livres fétiches, celui dont la couverture est en lambeau tellement je l’ai trimballé), et aussi bien évidemment de la méditation. En supplément bonus, il y aussi 24 hectares de forêts, une super piscine, un jacuzzi et un hammam. Tant qu’à faire !

Pool

Vivre dans un tel endroit m’offre la possibilité de faire chaque matin, sans exception, de 6h à 7h30, seule dans la grande salle de yoga, ma petite séance personnelle qui réveille le corps et l’esprit. Quel délice.

Puis je participe généralement à 2 ou 3 cours dans la journée, et que c’est intéressant ! Il y a tellement à apprendre de chaque professeur, de chaque discipline, de chaque expérience, c’est une source intarissable d’enrichissement personnel.

Je trouve que d’une manière générale, la pratique du yoga, et sa philosophie au sens large, sont bien plus développés ici en Australie que ce que l’on peut voir en France. Les centres de retraites, ashram, salles de cours, studios, manifestations ou encore festivals sont très répandus, pour mon plus grand plaisir 🙂

Je vais donc puiser tout ce que je peux puiser ici, charger mes bagages à fond et tout ramener dans quelques mois, afin que l’on puisse partager tout cela ensemble !

class

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s